Sister Bridhi Ekka (1944 - 2015)

Bridhi Ekka
“Lorsque nous libérons la pouvoir des femmes, nous assurons l’avenir de tous », a dit le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban-Ki Moon, dans son message pour la Journée Internationale de la Femme en 2015.

A l’occasion la Journée Internationale de la Femme des Nations Unies, nous honorons le souvenir de Soeur Bridhi Ekka, OSU, une apôtre infatigable.

« Des persécutions peuvent nous arriver, mais je dois travailler pour l’Eglise, en union avec les évêques, les prêtres, les religieux et tous les membres de l’Eglise ». Soeur Bridhi.

Un signe d’espoir dans un monde brisé

Soeur Bridhi (1944-2015) a vécu le charisme des Ursulines en lisant les signes et les besoins de son temps et en avançant dans cette direction. Elle était une force dynamique dans la société contemporaine. Elle a joint la créativité, le courage et l’endurance à sa foi, en travaillant à l’amélioration du statut des femmes.

Soeur Bridhi était du côté des pauvres et des marginalisés ;

elle les responsabiliser, surtout dans son apostolat aux villages. Les parents et les élèves appréciaient son amour maternel et ses efforts à assurer une éducation scolaire à tous les enfants, ainsi qu’à introduire de nouvelles méthodes d’agriculture. Prête a prendre de nouveaux risques En réponse à son appel à la vie Ursuline et en suivant l’exemple de Ste Angèle, elle a partagé et donné sa vie au service aux autres. Elle a eu un impact sur la vie de milliers de femmes, par exemple, dans son ministère comme Coordinatrice de Mahla Sangh dans le diocèse dAmbikapur.

Sr. Bridhi a rendu 24 villages conscients des droits de la femme et organisé 42 groupes d’auto-assistance. Soeur Bridhi a partagé en ses propres termes l’expérience de son travail avec l’Association des Femmes dans le Diocèse d Ambikapur :
J’ai parcouru de longues distances à pied pour me rendre aux villages, et j’ai organisé des séminaires pour les femmes sur leur rôle dans les villages et dans l’Eglise. Quand je revois leur situation précédente et considère celle d’aujourd’hui, je trouve que des changements énormes ont eu lieu dans leur manière de vivre.


Lorsqu’elles collaborent ensemble et s’unissent, elles s’aident à exploiter les différentes ressources pour le développement que le Gouvernement rend accessibles. Maintenant elles peuvent élever la voix.

Messagère de joie,de paix et d’espoir

En raison de son enseignement sur les droits des femmes et de son organisation de groupes d’auto-assistance, notre soeur courageuse fut accusée de faire des conversions et envoyée en prison en 1996 et en 2002.

En prison, elle a gagné le cour des femmes et des enfants qui s’y trouvaient, déprimées et tristes. Elle a répandu la Bonne Nouvelle en priant, en chantant et en dansant avec eux.

Selon ses propres paroles : J’étais heureuse d’être avec eux pour leur offrir ma sympathie et alléger leurs soucis intimes, leurs difficultés et leurs problèmes. (AQUA, INDIA, octobre 2002)

Avec toutes ces expériences, mon amour pour Jésus s’est renouvelé, et ma foi en Lui s’est approfondie, et je continuerai à annoncer son Nom jusqu’à mon dernier soupir. (AQUA, INDIA, octobre 1999)

Nous pourrions nous demander si nous laissons l’Esprit Saint nous animer à être des messagères de joie, de paix et d’espoir, surtout pour les vulnérables, comme Soeur Bridhi l’a fait.

Gardons-la à l’esprit tous les jours, surtout en celui de sa mort le 4 février 2015.